Orientation. La carte de mes énergies

_Carte AnnieDepuis que l’orientation est devenue un droit, avec la loi du 25 mars 2014, la perception de ses enjeux apparaît comme une clé de compréhension qui conditionne la réussite des interventions, de concert, entre l’orienteur et le bénéficiaire, qu’il soit demandeur ou volontaire. Des outils de pensée, des applications numériques, des instruments d’analyse sont attendus pour mettre en lumière les sources du contexte, échafauder les diagnostics, interpréter les situations et baliser les parcours dans le cercle des énergies. Les petites amorces font les grands projets contributifs ou bien elles ouvrent des fenêtres propices à de réelles échappées. Dans son dernier livre, Vivre ensemble dans un monde incertain (l’aube, 2015), le sociologue Serge Paugam, rappelle dans le sillage de Durkheim « (les) deux dimensions fondamentales du lien social, à savoir la protection et la reconnaissance. » Adhésion à la plateforme sociale en défense (la preuve et la loi, facteurs d’expertise rationnelle), valorisation de  la diversité interpersonnelle en attaque (l’épreuve et le soi, vecteurs d’expérience relationnelle), la science humaine avance deux façons de penser à plusieurs chaque époque et chaque moment, chaque situation. Questions-réponses : entre compétences et potentiels, avant d’ouvrir l’agenda de l’orientation, la carte de mes énergies permet de faire le tour du champ en 20 mots clés. A ce stade, il s’agit bien sûr d’un tour de chauffe mais l’essentiel est ailleurs : entre le présent et le possible, le mouvement est lancé.

Des limites à explorer. Un modèle fondé sur l’intelligence et la sensibilité ne doit pas exclure ses propres zones d’ombre, risques de manipulations, chausse-trappes, pièges tangibles, pression des  prédateurs, spirale de l’économie casino, sornettes, jargons, jacasses et autres fariboles divines ou angéliques. Mais l’affranchissement est à ce prix et le débat sur l’importance de nouvelles grilles de lecture reste à mener. Dans l’opposition passée raison-passion, maîtrisé versus débridé, le grand perdant est le vivant. Dans l’association future raison-relation, démontré versus connecté, le grand gagnant est l’expérience de la pensée avec des repères qui mènent au respect de la vie et de ses fragments. En saisir les traces, les limites et mettre le rêve en cartes produit des effets.

Retournement de situation. La carte de mes énergies permet de voir la corrélation entre la basse énergie de mon bagage cognitif, savoirs, savoir-faire et autres forces synonymes de sécurité historique et la haute énergie créative, recherches, ressorts et autres formes synonymes de fluidité pratique, familière, généralisée. Au delà des déterminismes, de l’actualité standardisée aux variations uniques des personnes, des caractères, des identités, un schéma de l’espace pluriel permet à chacun d’imaginer sa forme du changement et de choisir ses pistes. Avec ses questionnaires, ses flux, son changement d’angle, ses mots clés, la carte de mes énergies apporte une image claire des proches, des lointains, en un mot de l’état des liens.

Ce contenu a été publié dans Outils. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.